Historique

Presqu’au bout de 25 ans, l’espoir mène à la Victoire !

Village Cloverdale, c’est aujourd’hui la plus grande coopérative d’habitation au Québec et au Canada, avec :

866 logements, 58 bâtiments, avec des logements de 2, 3, 4, et 5 chambres à coucher, plus de 4000 résidents, 3 Centres de la petite enfance, de nombreuses familles et une population multiculturelle.

La coopérative s’est bâtie par phases et elle tire sa force et son dynamisme d’une passionnante histoire de plus de 50 ans !

  • Vue d'ensemble
  • 1ère phase de rénovations
    Lotissements lot 1

    1ère phase de rénovations

  • rénovations majeures et à la carte
    Lotissements lot 2

    rénovations majeures et à la carte

  • Travaux typiques
  • Coordination et suivi par les membres
  • du Parc Cloverdale
    La porte du domaine

    du Parc Cloverdale

  • Le 4965
  • Le 4509
  • Le 4521
  • Animation au Village
De 1958 à 1961, Construction d’un ensemble immobilier de 734 logements par des promoteurs privés : Vérin, Godard et Bernier.

  • En 1962, dû à des difficultés financières, la SCHL (Société canadienne d’hypothèques et de logement) reprend l’ensemble immobilier et l’administre jusqu’en 1980. L’ensemble immobilier est bien géré par la SCHL : les loyers sont abordables et les immeubles sont bien entretenus. La clientèle se compose de ménages à faible et moyen revenus.
  • En 1980, l’ensemble immobilier est vendu à Logisque, un O.B.N.L. (organisme à but non lucratif), malgré la tentative des locataires pour acquérir les immeubles.
    La vente à Logisque prévoit d’une part,l’application au programme 56.1, soit l’AACR (aide assujettie au contrôle des revenus) jusqu’en 2015 et, d’autre part, le dégagement de 2,6 millions de $ à même le PAREL (programme d’aide à la remise en état des logements.
    La situation se détériore rapidement : plusieurs logements demeurent vacants; l’entretien des édifices est réduit à son plus strict minimum; les locataires font face à de sérieuses hausses de loyer.
  • En 1983 naît la Coopérative d’habitation de Cloverdale. De 1984 à 1986 des négociations entre Logisque, la SCHL et la Coopérative pour acquérir les immeubles en coopérative d’habitation n’aboutissent à aucune entente.

À la fin de 1986, Logisque vend ses immeubles au secteur privé : Les Habitations Louisbourg limités, Roger Turenne. Cette vente à un acheteur inadmissible au programme 56.1 entraîne le retrait des subventions de supplément au loyer (957 000$/année) pour les ménages à faible revenu. À cet égard, le mandat de la Coopérative consiste à :

  1. faire déclarer illégale la vente au secteur privé;
  2. faire rétablir le programme de supplément de loyer par la SCHL;
  3. devenir propriétaire de l’ensemble immobilier en coopérative d’habitation.

En 1987, la Coopérative intente un recours collectif à l’endroit de Logisque, des Habitations Louisbourg et de la SCHL.

En 1988, la SCHL accepte un règlement hors court, lequel donne lieu:

  1. à la constitution du Comité d’aide Cloverdale pour administrer un programme spécifique de subvention au loyer (56.1) d’un montant annuel de 957 000$ jusqu’en 2015, pour l’ensemble du projet immobilier
  2. au droit pour la Coopérative de nommer les administrateurs de ce comité;
  3. au versement d’une somme d’environ 2 millions de $ équivalant au montant des subventions non versées par la SCHL pendant la période d’interruption du programme d’aide aux locataires (1987-1988);
  4. au financement de 2 coopératives d’habitation : Bonny (31 unités) et de Jovence (19 unités) construites sur le territoire de Pierrefonds en 1989.

La situation continue de se détériorer. Plus de 300 logements subissent des rénovations majeures et les hausses de loyer sont de l’ordre de 250 $/mois.

En 1988 et 1989, le propriétaire loue 250 logements vacants à des ménages ayant un faible revenu, ce qui augmente le nombre de ménages admissibles au programme de supplément du loyer et, par ricochet, diminue le taux d’aide par ménage.

En conséquence, un épuisement rapide des subventions annuelles survivent et le Comité d’aide Cloverdale est dans l’obligation de procéder à des coupures. Un impact dramatique s’ensuit : le départ massif des locataires.

En 1990, Les Habitations Louisbourg déclare faillite.

La Fiducie Desjardins inc. devient propriétaire par un jugement de la cour.

En 1991, les locataires se mobilisent pour former 8 coopératives d’habitation signataires d’une offre d’achat. La SCHL refuse de financer les coopératives pour l’acquisition de l’ensemble immobilier : la projet avorte.

En 1996, la Fiducie approche la Coopérative d’habitation Cloverdale pour discuter de l’avenir de l’ensemble immobilier et afin d’en arriver à un accord. La Fiducie fait part à la Coopérative de son intention d’obtenir, auprès de la Régie de logement, l’autorisation d’enregistrer une déclaration de copropriété divise par bâtisses ou groupe de bâtisses et, dès lors, d’aliéner séparément les 52 immeubles composant l’ensemble immobilier.

De plus, la Fiducie convient d’inscrire une clause de destination exclusive à l’habitation résidentielle locative à l’acte de copropriété divise. Enfin, la Fiducie consent à vendre à la Coopérative jusqu’au tiers des logements composant l’ensemble immobilier. Une entente préliminaire permet à la Coopérative de faire le choix du tiers des logements. À cette fin, des réunions publiques ont lieu.

Pour que cette vente soit réalisable, la Coopérative dépose une requête pour jugement déclaratoire à l’effet que le fonds spécial de 2 millions de $, ayant généré des intérêts et se chiffrant aujourd’hui à 4 millions de $, serve pour le versement initial nécessaire à l’acquisition et à la rénovation des immeubles.

En juin 1998, la SCHL accepte enfin de renégocier avec la Coopérative.

Une entente est intervenue le 4 décembre 1998, entre tous les partenaires, laquelle autorise l’utilisation du 4 millions de $, pour l’achat et la rénovation des 243 logements et met fin au recours collectif.

Le 19 novembre 1998, le Domaine de Parc Cloverdale est constitué par la Coopérative dans le but de faire l’acquisition du tiers des immeubles (243 logements), de les rénover et de les transférer vers une ou des coopératives d’habitation.

Le 18 mars 1999, le Domaine de Parc Cloverdale signe l’acte de vente devant la notaire pour la Coopérative, laquelle compte à ce moment une centaine de membres. Le Domaine espère mobiliser les membres et autres personnes intéressées à se joindre au projet de vie coopérative de Domaine de Parc Cloverdale.

Le 17 avril 2002, La Coopérative d’habitation Village Cloverdale est constituée et peut maintenant acquérir les 243 logements de l’OBNL Domaine Parc Cloverdale. Le transfert de ces propriétés est réalisé en avril 2004.

Le 22 février 2006, Domaine Parc Cloverdale peut finalement acquérir du propriétaire privé, Les Bois de Pierrefonds, le 2/3 restants des logements du complexe immobilier de Cloverdale, soit 491 logements en signant un Acte de vente. La population de la coopérative se chiffrera dès lors à 3300 résidents.

À partir de 2007, la coopérative entreprend d’importants travaux de rénovation et de construction. Ainsi,

  • De 2007 à 2012, Rénovation de 440 logements, (226 logements dans le cadre du programme AccèsLogis Québec) et (214 logements dans le cadre de Rénovation à la carte de la Ville de Montréal).
  • De 2008 à 2009, Construction de 32 logements neufs, à travers 3 projets destinés aux grandes familles et aux personnes âgées dans le cadre du programme Accès-Logis Québec.
  • En 2013 la coopératives acquiert 4 immeubles de 100 logements (après rénovations) composés des logements d’une chambre, deux Chambres, trois chambres et quatre chambres à coucher. Ces logements se trouvent au bout de la rue Anthony d’où le nom de projet Anthony.

A l’achèvement du projet Anthony la coopérative comptera bientôt 866 logements et plus de 3400 résidents.